/ octobre 10, 2019/ Non classé, Séminaires, Tous les Séminaires

Veuillez trouver ci-dessous et en pièce jointe le programme relatif au programme du séminaire

Dialogues interdisciplinaires : arts plastiques et sciences de la nature

La prochaine séance consacrée aux Interactions, aura lieu le jeudi 24 octobre 2019 à 17h en salle 110 au  Centre Saint-Charles, École des Arts de la Sorbonne, 47 rue des Bergers, 75015 Paris.

Nous aurons le plaisir d’accueillir :

Rémi Beau, philosophe, chercheur postdoctoral à l’université de Bourgogne (Centre Georges Chevrier) et au Campus de la transition: Esthétique de l’ordinaire et santé écologique

Sans qu’elle fasse l’objet d’une définition stabilisée, la « santé écologique » constitue l’un des repères normatifs susceptibles d’orienter l’action dans un espace naturel. Deux types d’approches de la notion doivent néanmoins être distinguées selon qu’elles adoptent une conception objective ou subjective de la santé écologique. Quand les premières se focalisent sur la définition de critères écologiques permettant de caractériser un état de bonne santé pour un espace naturel, les secondes soutiennent que la santé écologique s’évalue également au prisme des expériences subjectives vécues dans cet espace. Je m’intéresserai ici à ces approches subjectivistes pour montrer comment quelques théoriciens de l’esthétique environnementale se sont emparés de cette question en développant une approche relationnelle de la santé écologique. Dans cette optique, j’examinerai, en particulier, l’esthétique de l’ordinaire pensée par la philosophe japonaise Yuriko Saito.

 

Marion Laval-Jeantet, artiste, EC arts plastiques, Institut ACTE, Paris 1 : L’action militante, de la solastalgia à la résilience

La prise de conscience écologique va souvent de pair avec un effroi qui conduit bien des militants à la dépression. Cette névrose écologique, qui était encore assez rare dans les années 70, se généralise aujourd’hui au point que le philosophe australien Glenn Albrecht lui a trouvé le nom de Solastalgia. Ayant assisté à la naissance de ce concept en Australie avec beaucoup d’intérêt, MLJ abordera sa genèse, et les conclusions auxquelles sont arrivées les thérapeutes de la souffrance environnementale, et comment l’état de névrose écologique l’a menée elle-même, au sein du duo Art Orienté Objet, à produire un art de la militance qui l’a conduite vers la résilience et la transmission.

 

Yorghos Remvikos, EC santé environnementale, CEARC (EA4455), Observatoire de Versailles SQY : Art et Science : peut-on surmonter leur incommunicabilité et dans quel but ?

Un dialogue entre arts et science est-il possible ? Je pense avoir une idée de ce qu’est la Science, que je pratique depuis 35 ans. Ce n’est pas le cas de l’Art, que je ne comprends que comme expérience. Une autre question émerge alors : et si le problème provenait de la manière que la pensée occidentale –  et seulement elle – a conceptualisé ces champs, au sein du Grand partage entre Nature et Culture ? Je passerai donc par des petites histoires d’anthropologue, au contact de peuples autochtones, issues de mon expérience ou de travaux de l’équipe à laquelle j’appartiens, pour insister sur ces manières si éloignées de la nôtre de s’insérer dans notre Monde. Du coup, je me suis orienté vers le concept de Résonance, proposé par le philosophe Hartmut Rosa, comme ouverture ou exposition de notre corps au Monde qui a comme corollaire une capacité à être affecté par lui, en me demandant quels modes de présentation, quels formats, quels supports, quelles activités seraient susceptibles de la susciter ou la faciliter.

Nous vous remercions par avance de diffuser le plus largement possible cette information auprès des  étudiant-e-s, enseignant-e-s, chercheu-ses-rs, susceptibles d’être intéressé-e-s                      

Rappel :

La programmation annuelle réunit des chercheurs de divers statuts et champs disciplinaires autour d’une question thématique correspondant à un domaine de recherche. Elle comprend six séances d’une durée de deux ou trois heures ouvertes à tous. Deux ou trois communications de 20 mn et des échanges consécutifs nourrissent la réflexion en vue d’une publication collective.

Lieu :

Ecole des arts de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,

47 rue des Bergers 75015 PARIS

Dates et horaires selon le calendrier des séances.

Calendrier : Les dates des séances mensuelles sont indicatives et susceptibles d’ajustement.

Dialogues interdisciplinaires arts plastiques et sciences de la nature – Programme Octobre

Share this Post