Penser/Créer en affinités : ACTE – partenariat Art&Flux & Sorbonne Artgallery

19-04-2019 par Lara morise

Le séminaire initié par François Noudelmann et Yann Toma reprend ce semestre. Il s’inscrit dans la réflexion sur les processus de pensée et de création et s’intitule « Penser/Créer en affinités« . Nous accueillerons ce lundi 4 février, RODOLPHE ALEXIS (ordinateur, diffusion) et STÉPHANE RIVES (saxophone soprano) pour la réalisation d’une œuvre intitulée WINDS DOORS POPLARS.
Lieu : École des Arts de la Sorbonne  (47, rue des bergers, 75015 Paris – métro Lourmel), salle 61 (salle de sculpture RDC).

Titre : Penser/Créer en affinités

Penser et créer s’exercent en relation. Loin du mythe de la solitude créatrice, le séminaire étudie les circonstances, les accidents et les connexions qui président aux activités intellectuelles et artistiques. S’il propose d’ancrer les œuvres dans leurs contextes, il prend aussi en considération le rôle des rencontres inattendues qui provoquent une déroute créatrice. Les affinités se construisent à partir des différences.
Il était improbable que le surréaliste André Breton croise Aimé Césaire en Martinique, qu’Édouard Glissant se passionne pour Faulkner l’écrivain du Sud esclavagiste, qu’Hannah Arendt admire Martin Heidegger compromis avec le nazisme, qu’Antonin Artaud trouve son inspiration chez les Indiens Taharumaras, que Sartre se veuille la réincarnation de Spinoza et Stendhal… Une nouvelle conception du temps des œuvres s’impose pour comprendre ces affinités entre des êtres de cultures et d’époques hétérogènes. Roland Barthes a ainsi proposé de penser la contemporanéité entre des auteurs comme une expérience de l’inactuel qui permet de fonder une parenté affranchie des générations.
Selon une perspective anti-généalogique, le séminaire s’intéressera aux figures de la rencontre par affinités : les hasards, les constellations, les archipels, les greffes, la mixité. Au-delà des thèses déterministes qui enferment les écrivains et les artistes dans une identité culturelle et raciale, il montrera la fécondité de la déroute, du malentendu, de l’expropriation du soi et de la transformation.
Ce lundi 4 février : Rodolphe Alexis & Stéphane Rives (Déroutes sonores, conférence performance)

WINDS DOORS POPLARS
RODOLPHE ALEXIS ordinateur, diffusion & STÉPHANE RIVES saxophone soprano
Le projet compositionnel expérimental Winds Doors Poplars consiste en l’interpénétration des modes de jeux et des mises en espaces ; en la rencontre du support fixé avec le jeu instrumental, de l’acoustique avec la projection quadriphonique.
« Deux univers sonores sans lien direct à l’origine, deux situations différentes qui (…) questionnent l’écoute et le hasard. Une approche aussi du placement de l’instrument dans une forme de paysage. Intriguant et jubilatoire ! Recommandé » -Metamkine- http://rodolphe-alexis.info/    https://soundcloud.com/stephane-rives

Lieu : École des Arts de la Sorbonne.

PROGRAMME
11 février : Renaud Layrac (Horizon d’attente – Affinités au présent), suivi d’une exposition à la Sorbonne Artgallery.
18 février : Franciska Wirtensohn & Michael Wittman (Habibi Dome – Affinités contextuelles)
25 février : Pauline Nadrigny (Affinités sonores)
4 mars : Serge Bonnevie (Affinités entre la lecture et l’existence)
11 mars : Dominique Labays (Affinités entre André Breton et Benjamin Péret)
18 mars : Tomas Vu, suivi d’une exposition à la Sorbonne Artgallery
25 mars : Eva Niollet (Affinités entre les rêves d’une même famille)
1er avril : George Oxley (Affinités végétales)
8 avril : Lawrence Kritzman (Affinités entre Montaigne et La Boétie)
15 avril : Dominique Chateau et Anatoli Vlassov en affinités (Affinités d’Eisenstein au Kabuki et de la phonésie à Godard)