Séminaire Penser/Créer en Affinités 10 : Sylvane Casadémont

19-04-2019 par Lara morise

La prochaine séance du lundi 1er avril accueillera une personnalité qui a souhaité venir nous parler des affinités socio dynamiques : Sylvane Casadémont, . Nous nous retrouverons à 16h, en Sorbonne, salle D632 (entrée 14 rue Cujas).
Historienne et formatrice, Sylvane Casademont a enseigné la conduite du changement au cycle de formation des cadres de l’école de management des systèmes d’information (EMSI) de Grenoble École de management de 1985 à 1992. Elle a été consultante en management, organisation et accompagnement du changement au cabinet Bossart puis chez Cap Gemini de 1993 à 2003. Elle a ensuite été directrice de la communication d’INRIA jusqu’en 2009, puis directrice de la communication et des relations publiques de l’Irstea de 2009 à 2012. Dans ce cadre elle a été animatrice du groupe communication de l’Alliance nationale de recherche pour l’environnement (Allenvi). Elle a rejoint le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche en 2012 comme directrice de cabinet du directeur général de la recherche et de l’innovation. Elle est aujourd’hui directrice de l’IHEST (Institut des Hautes Etudes pour la Science et la Technologie).
L’artiste, même s’il se sent peu d’affinités pour cela, se trouve, à un moment ou un autre de sa démarche de création,  en situation de convaincre d’autres personnes, pas nécessairement bien disposées à son égard, ou ayant des objectifs, des intérêts ou des besoins peu en rapport avec les siens. Convaincre un metteur en scène, convaincre un producteur, trouver des mécènes, bref se faire les alliés qui acceptent de soutenir son projet, d’y investir de l’argent, du temps, de l’énergie, c’est le lot quotidien de tout créateur. Les relations sociales, surtout quand  il s’agit de relations d’affaires obéissent à des codes de conduite et de comportement qu’il est préférable de savoir décoder. La socio dynamique, à l’instar de la thermodynamique qui étudie le  mouvement par la chaleur, étudie le mouvement par les humains, par la relation qui s’établit entre eux, par la façon dont cette relation change leurs visions, leurs représentations, leurs positionnements, leurs décisions, et au final leurs actions. Elaborée dans les années 70 à la demande du cabinet Bossard Consultants par Jean-Christian Fauvet, sur la base des recherches d’Edgar Morin sur la complexité, la socio dynamique a été adoptée avec succès par d’innombrables entreprises cherchant à améliorer leurs modes de management et à accompagner les changements. Elle est aujourd’hui à la base des organisations dites « libérées ». Mais on y découvre surtout une méthode un peu universelle d’analyse des relations humaines et des relations de pouvoir utiles à tout chef de projet qui y trouve  des outils  propres à  les comprendre,  les anticiper, mieux les gérer, en modifiant ses propres représentations et ses propres comportements.
Penser/Créer en affinités 
sous la direction de François Noudelmann et de Yann Toma.
Penser et créer s’exercent en relation. Loin du mythe de la solitude créatrice, le séminaire étudie les circonstances, les accidents et les connexions qui président aux activités intellectuelles et artistiques. S’il propose d’ancrer les œuvres dans leurs contextes, il prend aussi en considération le rôle des rencontres inattendues qui provoquent une déroute créatrice. Les affinités se construisent à partir des différences.
Il était improbable que le surréaliste André Breton croise Aimé Césaire en Martinique, qu’Édouard Glissant se passionne pour Faulkner l’écrivain du Sud esclavagiste, qu’Hannah Arendt admire Martin Heidegger compromis avec le nazisme, qu’Antonin Artaud trouve son inspiration chez les Indiens Taharumaras, que Sartre se veuille la réincarnation de Spinoza et Stendhal… Une nouvelle conception du temps des œuvres s’impose pour comprendre ces affinités entre des êtres de cultures et d’époques hétérogènes. Roland Barthes a ainsi proposé de penser la contemporanéité entre des auteurs comme une expérience de l’inactuel qui permet de fonder une parenté affranchie des générations.
Selon une perspective anti-généalogique, le séminaire s’intéressera aux figures de la rencontre par affinités : les hasards, les constellations, les archipels, les greffes, la mixité. Au-delà des thèses déterministes qui enferment les écrivains et les artistes dans une identité culturelle et raciale, il montrera la fécondité de la déroute, du malentendu, de l’expropriation du soi et de la transformation.

PROGRAMME
1er avril : Sylvane Casademont (Affinités socio dynamiques) – Sorbonne D632
8 avril : Lawrence Kritzman (Affinités entre Montaigne et La Boétie) – Sorbonne D632
15 avril : Dominique Chateau et Anatoli Vlassov en affinités (Affinités d’Eisenstein au Kabuki et de la phonésie à Godard) – Sorbonne D632
François Noudelmann et Yann Toma

Sorbonne Développement Durable
Structure réticulaire collaborative
pour l’innovation de la formation et de la recherche
des sciences humaines, juridiques et sociales sur le développement durable .
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne